Travailler plus longtemps avec moins de pouvoir d'achat

Le Gouvernement Michel continue de s’en prendre largement aux travailleurs, et à eux seuls. Il s’attaque au pouvoir d’achat à travers le saut d’index, le ratage du tax shift et l’augmentation de nombreuses factures. 
Les actifs, les malades, les invalides, les chômeurs, les pensionnés,… tous voient leur pouvoir d’achat se réduire.Via l'application disponible ici, des centaines de milliers de personnes font ce désagréable constat. Pratiquement tous les ménages perdent de fait plus de 100 € de pouvoir d’achat par mois, même ceux dont le salaire net augmente légèrement.
En matière de “travail soutenable”, les citoyens accusent déjà de sérieuses pertes:
  • Relèvement de l’âge de la pension (67 ans) et calcul moins favorable de la pension
  • Relèvement de l’âge de la pension anticipée et conditions d’accès plus strictes
  • Relèvement de l’âge pour les RCC et conditions d’accès plus strictes
  • Relèvement de l’âge pour les emplois de fin de carrière et conditions d’accès plus strictes
  • Diminution des possibilités en matière de crédit-temps et conditions d’accès plus strictes.
Le “travail soutenable” s’est mué en “travail sur mesure” pour nous rendre la vie insupportable. 
Le gouvernement Michel avait l’intention de faciliter l’allongement de la carrière en rendant le travail “soutenable”. Encore un miroir aux alouettes. Le concept que l’on nous vend sous le vocable de “travail sur mesure” n’a plus rien à voir avec l’intention première.
L’annualisation du calcul du temps de travail signifie de facto l’abandon de la semaine des 38 heures. Il n’y aura donc plus d’heures supplémentaires, ni de sursalaire. Les gens seront obligés de travailler pendant des mois sans interruption pour pouvoir (devoir ?) récupérer ultérieurement. Cette flexibilité sera donc imposée par l’employeur et le travailleur devra en supporter tout le poids. Elle sera même non négociable, voire généralisée et instaurée automatiquement. Ce principe perturbera sérieusement toute la concertation sociale dans les secteurs et les entreprises.
Comment l’annualisation du temps de travail et le paiement des heures supplémentaires amélioreront-ils les perspectives d’emplois de ceux qui cherchent un travail – et de ceux que le gouvernement contraint de reprendre le travail? Mystère…
Autre mystère, encore plus épais: comment ce “travail sur mesure” peut-il offrir une solution à l’augmentation rapide du stress, des burnouts et des problèmes médicaux ? Les personnes actives dans le cadre d’un horaire variable devraient, au mieux, recevoir leur horaire la veille. Cette mesure rendra tout simplement la vie insupportable.
Après les affaires Luxleaks et Swissleaks, le rejet par la Commission européenne de 0,9 milliard d’euros de rulings fiscaux injustifiés (que le Ministre Van Overtveldt refuse de réclamer aux multinationales) et les Panama Papers, il est inacceptable que ce gouvernement continue d’épargner les plus fortunés.
Les travailleurs sont donc une fois de plus les dindons de la farce. En refusant de demander la moindre contribution fiscale correcte aux autres groupes de revenus, le gouvernement Michel poursuit sa politique d’austérité et de restriction des droits sociaux. 
Les travailleurs devront donc travailler plus longtemps, dans des conditions plus difficiles pour un pouvoir d’achat réduit. Ce gouvernement manque tout bonnement à ses obligations à l’égard du simple citoyen. La CSC continue de réclamer la mise en œuvre d’une politique juste et équilibrée, qui  fasse également contribuer les épaules les plus larges. 
Dans le cadre des élections sociales, la CSC a réalisé des vidéos sur la question du burn-out, de la conciliation vie-privée/vie professionnelle, de l’allongement de la carrière et de la précarité de l’emploi. A visionner ci-dessous...

trop de stress au travail ?

Certain de garder ton job?

Plus souvent au boulot qu'à la maison?

Travailler toujours plus longtemps ?