Avancée dans la protection contre les produits cancérogènes

Après des années d’actions syndicales, la commission Emploi du Parlement européen a réalisé hier une avancée en ce qui concerne les produits cancérogènes. Les décisions de la commission Emploi doivent encore être confirmées en séance plénière, avant des discussions entre le Conseil des ministres, la Commission et le Parlement. Même si le chemin reste donc encore long, les décisions de la commission Emploi sont très importantes. Elles mettent fin à l’immobilisme qui caractérisait la politique européenne en matière de produits cancérogènes depuis 1999. Le nombre de cancers professionnels constatés chaque année en Belgique varie de 2600 à 5500 (4 à 8,5 % de l’ensemble des cancers). Une estimation très prudente avance le chiffre de 102.500 décès par an liés à un cancer professionnel dans toute l’Union européenne. 
La commission Emploi a défini des valeurs-limites pour onze nouveaux produits. Les valeurs limites sont des normes de concentration maximale dans l’air sur le lieu de travail. La commission Emploi propose de renforcer les valeurs-limites de certains produits. Elle a fixé une norme plus contraignante pour le Chrome VI, le produit qui a fait couler beaucoup d’encre après la découverte d’un cas d’exposition dans un atelier de la SNCB. La commission Emploi propose également de durcir les règles pour la poussière de bois, qui est produite lors du travail du bois. 
En outre, la commission Emploi a décidé que le champ d’action de la législation relative aux produits cancérogènes serait étendu aux produits qui constituent une menace pour la reproduction (les produits reprotoxiques). Ces produits peuvent nuire à la fertilité de l’homme et de la femme, provoquer des interruptions précoces de la grossesse et des malformations congénitales.  Certains produits reprotoxiques constituent un risque pour la santé de l’enfant lors de l’allaitement.  Le fait d’appliquer aux produits reprotoxiques la législation relative aux produits cancérogènes permet de fixer pour ces produits des règles plus contraignantes en matière de protection des travailleurs. 
Jusqu’à présent, des normes européennes contraignantes n’existaient que pour cinq produits cancérogènes. On dénombre dans les entreprises européennes quelques 1400 produits cancérogènes, mutagènes ou qui constituent une menace pour la reproduction. 
François REMAN
Attaché de presse CSC | www.lacsc.be
Tél : 02 246 32 96 | GSM : 0488 257 841 | 
Chaussée de Haecht, 579 | 1030 Schaerbeek